La douleur

21 février 2018 - 68 vues

D’Emmanuel Finkiel, adaptation de l'œuvre de Marguerite Duras, avec Mélanie Thierry, Benoit Magimel et Benjamin Biolay. En juin 44, la France est toujours occupée, l'écrivain et résistant Robert Antelme est arrêté et déporté. Son épouse Marguerite, 30 ans, écrivain et résistante elle-même, est angoissée de ne pas avoir de ses nouvelles et, en même temps, a secrètement une liaison avec son camarade Dyonis.

Elle rencontre un agent français de la Gestapo, Rabier, prête à tout pour retrouver son mari, se met à l’épreuve d’une relation ambiguë avec cet homme trouble, seul à pouvoir l’aider. La fin de la guerre et le retour des camps annoncent à Marguerite le début d’une insoutenable attente, une agonie lente et silencieuse au milieu du chaos de la Libération de Paris.

L’adaptation intense et fine d’une des œuvres  de Marguerite Duras, dont  Mélanie Thierry restitue par le jeu et la voix, la douleur individuelle d’une femme qui, dans le temps même de cette aussi longue absence, aime un autre homme, mise en parallèle avec la douleur collective de tout un pays qui n’a pas su.

Chronique des temps de la Libération de Paris, exploration des blessures intimes de l'auteur, par une actrice sublime et nuancée dans le rôle de ce personnage qu'était Marguerite Duras,  qui fait lien entre cinéma et littérature, tissé dans l'émotion et la délicatesse.

Je lis que c'est « forcément » superbe, en tous cas fidèle à l'écriture de l’auteure.

Martine

 

Projections au Ciné Islais

Jeudi 22 février : 18h00

Commentaires (0)

Connectez-vous pour commenter cet article