Trois visages

18 juillet 2018 - 156 vues

Film dramatique réalisé par l'iranien Jafar Panahi, prix du scénario à Cannes cette année, avec Jafar Panahi, Behnaz Jafari et Marziyeh Rezaei.

Une célèbre actrice iranienne reçoit la troublante vidéo d’une jeune fille qui veut être comédienne, et qui  implore son aide pour échapper à sa famille conservatrice... Elle demande alors à son ami, le réalisateur Jafar Panahi, de l’aider à comprendre s’il s’agit d’une manipulation. Ensemble, ils prennent la route en direction du village de la jeune fille, dans les montagnes reculées du Nord-Ouest, où les traditions ancestrales continuent de dicter la vie locale.

Dans des conditions de tournage difficiles, puisqu'il nargue les interdictions de voyager et de tourner, le réalisateur met dans ce road movie de la fantaisie, de la poésie, ce à quoi il nous avait habitué, on se rappelle de « Taxi Teheran », et l'amour qu'il exprime pour son pays permet d'approcher la gravité de son constat, la réalité des coutumes patriarcales, des contraintes que vivent les femmes dans son pays, à travers trois générations de femmes, à travers trois merveilleuses actrices.

Et on ne peut qu'être séduit et touché par ce mélange d'intelligence, d'humour et de simplicité, avec lequel il exprime la nécessité de parler de son pays, et de devoir le faire avec le cinéma. Derrière la caméra, enfermé dans sa voiture, il trouve sa liberté et parle de liberté, à la fois malicieux et bienveillant, dans une fiction qui ressemblerait à un documentaire, évoquant souvent, cependant, une incertitude quant à l'issue vitale de certaines situations.

Un film qui parle de l'essentiel, à voir, c'est une évidence.

Martine

 

Projections au Ciné Islais

Vendredi 20 juillet : 19h00 VO

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article