Le futur navire de marchandises de Yeu-Continent en approche


07 janvier 2021 - 2232 vues

Le chantier naval breton Piriou vient de remporter l'appel d'offres lancé en 2019 par la Région des Pays de la Loire pour la construction d'un nouveau caboteur, en remplacement de l'actuel l'Insula Oya II âgé de 40 ans. Mieux dimensionné, plus performant et écologique, celui-ci devrait être mis en service en juillet 2022 pour assurer la desserte maritime de l’Ile d’Yeu.

En collaboration avec le bureau d’architecture navale nantais Stirling Design International, le chantier Piriou fera appel à plusieurs sociétés ligériennes pour mener à bien ce projet, dont la coque sera fabriquée à Saint-Nazaire.

"J’attache la plus grande importance au développement et à l’attractivité de l’Ile d’Yeu. Et cela passe évidemment par une desserte performante et adaptée aux besoins de l’île et de ses habitants." déclare Christelle Morançais, présidente de la Région des Pays de la Loire.

Point très important, l'impact environnemental a été considérablement amélioré : Le bateau bénéficiera d’une alimentation électrique à quai pour réaliser toutes les opérations logistiques (chargement et déchargement), une première en France pour un ferry de transport public, ce qui limitera les émissions de CO² et les nuisances (bruits et fumées). Pendant les traversées, dont la durée devrait être un peu réduite, les émissions polluantes seront également réduites au maximum et la motorisation pourra être modifiée en fonction des évolutions technologiques.

Les caractéristiques techniques et la capacité de celui que l'on nomme pour l'instant "Insula Oya III" seront revues à la hausse : 55 mètres de long (contre 50 actuellement), une capacité d’accueil de 391 passagers (au lieu de 250) dont 139 en extérieur et une accessibilité PMR pour chaque pont. A chaque voyage, ce seront 150 tonnes de transport d’équipements et de marchandises (contre 80) et 15 voitures (au lieu de 10 actuellement) qui pourront être embarquées.

Coût de l’opération pour la Région : 21,9 millions d’euros (pour rappel, la Région finance chaque année à hauteur de 4,4 millions d’euros la Régie Yeu Continent et de 500 000 euros la desserte de l’île par hélicoptère).

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article